Tweets by JamieDornan
TINY LIFE
Jamie a déjà contribué à plusieurs associations. N'hésitez pas à suivre son exemple de bonté; Cliquez ci dessous pour faire un don à ces associations.
DISCLAIMER

Ouvert le: 1er Mai 2011
Webmaster: Anthony
Version: #21
Contact: Click
Design par: Laura, The50ShadesWorld.com
Codes & hébergement: Fan-Girl.org
Visites:
En ligne:

jamie-dornan.org est un fansite crée par des fans de cet acteur. J'ai parfois contact avec Jamie Dornan ou ses agents mais uniquement professionnel et non personnel. Merci de respecter le travail fait sur le site et de créditer si vous utilisez des informations ou photos exclusives. The Copyright of Images appartient aux photographes respectifs.
Merci à Emmanuelle et 50ShadesWorld pour leurs contributions régulières.
Bienvenue sur Jamie Dornan Online,

votre meilleure source française sur l'acteur et ex mannequin irlandais depuis 2011. Jamie est connu en tant que mannequin pour ses campagnes pour de grandes marques telles que GQ ou Boss et les sous vêtements Calvin Klein. Quant à sa carrière d'acteur, elle décolle grâce à son rôle dans la série Once Upon a Time et son inoubliable rôle de tueur en série dans The Fall. En 2015, sa popularité explose avec son rôle de Christian Grey dans le film 50 Nuances de Grey avec Dakota Johnson.
Les projets de Jamie sont désormais nombreux avec La Neuvième Vie de Louis Drax, Jadotville et Anthropoid.
Vous trouverez toutes ses actualités sur ce site et une galerie de photo aussi complète que possible.

Lundi, 29. août, 2016

ET Online


Pour la promotion d’Anthropoid et The 9th Life of Louis Drax aux Etats Unis Jamie a donné une nouvelle interview au site ET Online. Une très bonne interview qui évoque les projets de Jamie, ses enfants et son passé de mannequin.
Vous pouvez la lire ci-dessous.

(traduction dès que possible)

ET: What appealed to you about playing a neurologist in The 9th Life of Louis Drax, aside from the fact that you didn’t have to do nude scenes or tie up any women?

Jamie Dornan: [Laughs.] It was a bit of a departure from anything that I had done. I also got to explore that world a bit — something I did not have a great deal of knowledge about, although I have plenty of doctors in my immediate family.

Like your father, for instance.

Yeah, my dad’s a doctor, my stepmother is a doctor, my [deceased] mum was a nurse, and my uncle’s a doctor. It’s definitely something I have an understanding of, to a point. I was just very taken by the journey that [my character] goes on. And he’s also not your everyday doctor. You don’t get a lot of doctors who are mavericks in their approach and they’re doing TED Talks and have this kind of appeal from the books they release. I find all of that highly intriguing.

You have Louis Drax and Anthropoid coming out less than a month apart, and the third season of your Netflix series The Fall later this year. It’s been 10 years since your very first role in Marie Antoinette. How have you grown as an actor since then?

It’s crazy: I was actually filming in Paris two weeks ago, and I was staying in the same hotel that I stayed in when I did Marie Antoinette. We shot in the same opera house next door to that hotel. So I was asking myself that question quite a lot. I went through a period after Marie Antoinette where I wasn’t sure that I wanted to be an actor. I didn’t have a clue what I was doing in that job as much as I loved it. But now I am very focused on being an actor — it’s all I am. Back then I was still modeling and my head wasn’t in the game and I had a kind of frivolous approach to it. Now I am pretty serious about it. Very serious about it. So I guess the most fundamental change is that now I am actively pursuing it and back then I just saw it as a bit of fun. But you want to keep growing and challenging yourself. I think that’s important to do in this career.

What can you tell us about season three of The Fall? Obviously your serial killer character, Paul Spector, miraculously survived his gunshots wounds at the end of season two.

Yeah, it’s no secret that I’ve done season three. So I guess you know that Spector shows up in season three in some capacity. I am constantly talking to Allan Cubitt, who created the show, and we are very close. Despite picking his mind for the past four and a half years, I didn’t see coming what he had planned for season three. So it is quite something, and it’s unexpected. And hopefully people respond to it.

In general, you seem to be attracted to darker roles. Will you ever let your daughters watch your work when they’re old enough?

Certainly not for a bloody long time! Maybe not the Fifty side of things, but if they wanted to watch that one day and see what daddy does, then that’s cool. I am mindful that I have two children now. There is part of me that does want to do something they can watch soon — that is kind of lighthearted — because I don’t consider myself a dark or menacing person despite what I portray onscreen. I definitely want to have the opportunity to show other sides as well.

Are you secretly longing to do a fun romantic comedy?

I am not opposed to that at all. But in terms of the last five or 10 years, there have only been one or two that worked. It’s a genre that they often get wrong. So you’d have to be very careful to get all the right people, and you’d have to feel strongly that it is the right one to do. But I am certainly open to it.

You were just filming the Grey sequel. How was playing Christian the second time around? Have you fully embraced the character?

I felt more comfortable the second time around. There was a lot of pressure the first time. I think when you’re making the first film of any franchise there is a lot of pressure in terms of setting a tone and the way it’s shot and the way it’s played and finding your feet with it. It was very strange that I came into that job six weeks before they started filming, which is totally unheard of in a franchise of that size — and not the way you want to go into any job, really. This time I felt I had a lot more time on my hands. And the pressure seemed to be off a bit with every department because the first one made so much money. Everyone was in a better place about it. So it was definitely a better experience.

Are we going to see more of you in Fifty Shades Darker? And by “more of you,” I mean the full monty.

I hear ya! The truth is that I don’t know the answer to that. You’ll have to wait and see. [Laughs.]

Do you feel frustrated by your international sex symbol status or have you embraced it? You were previously dubbed “The Golden Torso” in your modeling heyday, so it’s not surprising that your bum makes headlines now — and was hailed as the second-best in Britain after Tom Hiddleston’s. I am wondering if you demand a recount in that election.

I only found out about it a couple of days ago, when I was doing a research call thing for a talk show. You know, that’s all frivolous and fun and I don’t pay a huge amount of attention to it. You certainly can’t be annoyed with that sort of status. It goes with the territory a little bit. But I guess my thing is not to pay a great deal of heed to it.

You’ve described yourself as “hyper.” What keeps you from sleeping or wakes you up at 5 a.m.?

My children now. They’re up; especially my oldest one is often hyper, so at least we get to be up together.

You used to sing in a band that opened for KT Tunstall. You were also one of the highest-paid male models, and now you’re part of a global film franchise. But do you have any hidden talents?

I’m a good cook. Where I come from, we do a Sunday roast: Potatoes and roast beef, chicken or lamb with all the trimmings — that would be my specialty.


Dimanche, 28. août, 2016

Photo promo


Après le première teaser de The Fall saison 3 sorti cette semaine, voici la première photo promotionnelle pour cette saison. On peut retrouver Stella Gibson et Paul Spector derrière elle sur un fond d’hôpital.




Vendredi, 26. août, 2016

Nouveaux stills et extraits


De nouveaux stills du film The 9th Life of Louis Drax ont été ajoutés dans la galerie. Vous pouvez également regarder deux nouveaux extraits ci-dessous.



Vendredi, 26. août, 2016

Scans + Interview


Le numéro d’Octobre du magazine anglais de cinéma Total Film contient 4 pages sur Jamie avec une nouvelle interview. Cette interview est très intéressante puisqu’elle évoque tous les projets de Jamie y compris la saison 3 de The Fall.
Vous pouvez retrouver les scans HQ dans la galerie ou lire l’interview complète ci-dessous si vous préférez.


(traduction par Emmanuelle)

« Quelqu’un vient de me dire que je suis arrivé second après Tom Hiddleston pour le ‘meilleur derrière de l’année’« , raconte-t-il, sincèrement déconcerté (nous aussi : il aurait dû arriver premier). « Je ne crois pas, en tant qu’acteur, qu’on vise ce genre d’accomplissement. A dire vrai, je n’en ai rien à foutre. » Mais c’est probablement significatif, au temps de l’âge d’or du mannequinat pour Calvin Klein, Hugo Boss et Armani, d’être surnommé « Le torse d’or » par The New York Time ? « Je n’avais pas vraiment prévu d’être mannequin, dit-il en haussant les épaules. On m’y a forcé. Je ne me suis jamais investi, et mon comportement était un peu merdique. J’ai toujours essayé d’être acteur. Mais je n’ai suivi aucune formation. Quelques uns des acteurs que j’aime le moins (qui sont ennuyeux, prévisibles) ont fréquenté RADA [Ndlt : la Royal Academy of Dramatic Art, une célèbre école d’art dramatique britannique] ou autres conneries. Jouer la comédie est instinctif. (Il sourit.) Mais vous ne me verrez jamais essayer de jouer du Shakespeare dans les environs de Stratford [Ndlt : la ville natale de Shakespeare], parce que je ne suis pas formé, et j’aurais l’air d’un sacré con. »

Détendu, étonnamment réaliste, et, pour employer un euphémisme, bavard, Dornan livre des commentaires réellement frappants presque à chaque fois qu’il ouvre la bouche. « Je n’ai pas parlé de ‘9 semaines 1/2′ avec Kim Basinger« , admet-il lorsqu’on l’interroge sur sa collaboration avec la reine de l’érotisme des années 1980, dans la super suite « Cinquante nuances plus sombres ». « Je n’avais pas assez de couilles, peut-être de la même manière qu’un jour, quelqu’un ne pourra pas me regarder dans les yeux en parlant de ‘Cinquante nuances’. » Total Film regarde Dornan dans les yeux, en quelque sorte. La conversation d’aujourd’hui se déroule sur Skype. Il se trouve dans le salon de sa maison rustique, dans le sud-est de l’Angleterre, simplement vêtu d’un T-shirt bleu marine, et essaie de garder l’équilibre, lorsque sa fille âgée de deux ans entre dans la pièce, nue, et commence à marteler les touches d’un piano.

Du côté de Total Film, les événements prennent un tournant inquiétant lorsque le chien se frotte soudain au fauteuil poire. Il n’y a pas de place pour les distractions, cependant : Dornan a une tripotée de projets fascinants dont il doit nous parler. A commencer par la sortie, à une semaine d’écart, début septembre, de « Anthropoid » et « La neuvième vie de Louis Drax ». Le premier raconte l’histoire vraie d’une mission audacieuse de la Seconde Guerre mondiale, visant à assassiner le général SS Reinhard Heydrich, troisième homme du Troisième Reich et principal architecte de la Solution finale. Le second film de Sean Ellis, qui succède à son polar dramatique primé de 2013, « Metro Manila », voit Dornan et Cillian Murphy interpréter respectivement les soldats slovaque et tchèque chargés de mener à son terme la mission kamikaze. Tandis que « La neuvième vie de Louis Drax » est un thriller policier adapté du best-seller de Liz Jensen et réalisé par Alexandre Aja (« Haute tension », « Horns »). Il offre à Dornan le rôle principal du médecin d’un garçon dans le comas, déterminé à découvrir les véritables circonstances de « l’accident » dont a été victime l’enfant ; une quête qui prend un tournant étrange, tandis que la réalité déteint sur le fantasme, d’une manière qui n’est pas sans rappeler « Le labyrinthe de Pan » de Guillermo del Toro.

« Je venais de voir ‘Metro Manila’ juste avant de recevoir le scénario, c’était donc inespéré, raconte Dornan à propos de ‘Anthropoid’. Je bassinais ma femme avec mon envie de travailler avec Sean Ellis. Pour être honnête, ça aurait pu tout aussi bien être un court métrage à propos d’un homme attendant le bus 52. Mais j’aime l’idée de jouer des gens qui ont réellement existé. ‘Cinquante nuances’ est un fantasme, une fiction, un ailleurs… (Il rit, se masse la mâchoire.) Je sens que je veux faire des choses réelles. Le type que je jouais dans ‘Marie Antoinette’ était réel, mais il est mort il y a des siècles. (Nouveau rire.) J’ai adoré cette histoire. Je pensais qu’elle pouvait toucher les gens. Des personnages humains, avec des défauts humains. J’étais très excité à l’idée d’interpréter quelqu’un de vulnérable. J’ai l’habitude de jouer des personnages qui sont dans le contrôle. »

Et pour « Drax » ? « Je n’avais jamais rien lu de pareil. D’intelligent et d’unique. J’ai pensé que nous aurions une tâche à accomplir, à savoir comment allier l’aspect surnaturel et l’intrigue plus conventionnelle. Pour moi, c’est encore quelque chose de tout à fait différent de ce que j’ai fait auparavant. Et c’est ce que je veux faire : continuer à jouer des personnages différents. »

Il existe des exceptions, bien sûr. L’une d’elles est Christian Grey, que Dornan a interprété pour la dernière fois la semaine précédente, dans les suites « Cinquante nuances plus sombres » et « Cinquante nuances plus claires », tournées consécutivement. L’autre exception, c’est le rôle qui a accéléré sa carrière d’acteur : le tueur en série Paul Spector, dans la série policière captivante de BBC2, avec son jeu du chat et de la souris, « The Fall ». « Je savais que c’était génial, rien que d’après les scénario, dit-il. Je n’avais jamais tenté quelque chose comme ça. Et personne n’avait jamais vu ça, en moi ; que je pouvais interpréter le danger et la noirceur. Lorsque vous venez du mannequinat, on ne vous propose que certains rôles… le petit-ami… vous savez, la merde habituelle. (Il s’interrompt.) En fait, j’ai auditionné pour un autre rôle. Pour jouer un policier. Quoi que j’aie fait, je les ai convaincus que j’étais un psychopathe. »
Depuis deux saisons maintenant, Spector (thérapeute, père de famille, tueurs de jeunes femmes) tourmente la froide et charismatique inspectrice Stella Gibson (Gillian Anderson). Le dernier épisode de la saison 2 laissait entendre que leur dance de la mort touchait à sa fin (pas de spoilers, jusque là). Puis est venue l’annonce de leur retour à tous les deux dans une saison 3… « Il y a un rebondissement que vous ne verrez pas venir, promet Dornan, son débit ralentissant enfin, dans un effort pour choisir ses mots avec attention. C’est sans aucun doute… une direction très intéressante à suivre. Je n’arrivais pas à y croire quand Allan Cubitt, le créateur de la série, m’a dit ce qui arrivait à mon personnage. C’est tout ce que je peux vraiment en dire. »
D’accord (il apparait clairement mal à l’aise à l’idée de prononcer ne serait-ce qu’un seul mot supplémentaire). Mais faisons-le vraiment se tortiller, avant de passer aux films « Cinquante nuances » : qu’est-ce que ça fait de savoir qu’autant de spectatrices trouvent que le personnage qu’il décrit comme « un homme vraiment très malade » est vraiment très attirant ? Un plus grand rire qu’auparavant retentit. « Ca en dit plus sur leur compte, pas vrai ? Putain, je ne sais vraiment pas quoi en dire. Ecoutez, s’il a cet effet sur les gens, j’espère que ça vient du fait qu’on essaie de lui donner un peu de charme et de faire de lui quelqu’un à qui on peut s’identifier, qui pourrait plaire, qui pourrait être votre propre voisin, qui pourrait être votre propre psychologue spécialisé dans le deuil ; tout ce qui se trouve dans l’histoire. J’espère, j’espère. (Il inspire, hausse les épaules et ajoute, de manière assez inquiétante :) C’est le seul personnage dont j’ai du mal à me défaire. »

Toujours est-il que Dornan insiste sur le fait qu’il faille être brave et adhérer complètement à des projets aussi difficiles et risqués que « The Fall » et « Cinquante nuances ». Le premier « Cinquante nuances » présentait le milliardaire Christian Grey, alors qu’il faisait la démonstration de ses bizarreries à l’étudiante virginale Anastasia Steele (Dakota Johnson), la faisant rougir de toutes parts. Le film n’a pas réussi à satisfaire les critiques, mais a atteint la tête du box office, engrangeant $571 millions. « Cinquante nuances plus sombres » devrait aller plus loin. « Il ouvre des portes et offre une meilleure compréhension de pourquoi il est comme il est, et pourquoi il ressent le besoin de tout contrôler. Mais on a aussi l’occasion de voir un peu plus de ce que les romans décrivent comme une ‘relation vanille’. On voit un peu plus Anna et lui mener une existence normale, avoir une relation amoureuse normale. Mais ensuite, des événements surviennent pour mettre ça en péril… »
L’un de ces événements est l’arrivée de l’associée de Christian, Elena Lincoln (Basinger) ; comme le savent les lectrices de la trilogie à succès de E.L. James, il s’agit de la femme plus âgée qui a initié pour la première fois Maître Grey aux plaisirs (et aux douleurs) du BDSM. Mais il y a aussi des changements majeurs derrière la caméra : James Foley (« Glengarry », « Fear ») a repris les reines de la réalisation après Sam Taylor-Johnson, qui n’avait pas une relation des plus douces avec E.L. James ; et le scénario a cette fois été écrit par l’époux de James, Niall Leonard (scénariste pour les séries télévisées « Vie sauvage » et « La fureur dans le sang »). Est-il juste de dire que l’auteur, à l’image de son personnage masculin, est une sorte de malade du contrôle ? « Ce sont les bébés d’Erika, explique Dornan. Elle a bien raison d’avoir un avis arrêté en ce qui concerne ‘Cinquante nuances’. Mais Erika et James Foley ont de bonnes relations. Ils s’entendent très bien. Il apporte une énergie différente. Il va y mettre sa propre touche. »

Avec tout ce travail (auquel s’ajoute le film de Netflix « Jadotville », qui raconte l’histoire de 155 troupes irlandaises assaillies par des milliers de mercenaires français, belges et rhodésiens, dans le Congo de 1961), on est en droit de se demander s’il a jamais une seconde à lui. La réponse est non, mais principalement parce qu’il a deux jeunes enfants avec son épouse, l’actrice et musicienne anglaise Amelia Warner. « J’ai la vie de famille la plus calme qui soit, dit-il. Ma femme et moi regardions un film, hier soir. Nous avons couché les enfants et j’avais un verre de vin rouge dans la main. J’ai dit : ‘Putain, je ne pense même pas pouvoir finir ce verre. Quelle heure il est ?’ Il était 20h30. J’ai dit : ‘C’est trop tôt pour aller se coucher ?’ Elle a répondu : ‘On ne peut pas aller au lit avant 21h.’ On a balayé cette idée. Je tenais mes paupières ouvertes. »
Jamie Dornan : sex-symbol, acteur principal, bordé dans son lit à 21h. Comme on le disait : bien loin de ce à quoi on peut s’attendre.


Jeudi, 25. août, 2016

Shortlist


Le magazine Shortlist a publié sur son site une nouvelle interview de Jamie. Une interview très intéressante et originale puisque Jamie donne sa liste de chose qu’il aime faire quand il s’ennuie dans les transports.

(Merci à Emmanuelle pour la traduction)

Une série à regarder: The Sopranos

Je crois qu’il y a toute une génération de personnes qui ont raté ‘Les Soprano’ la première fois. J’ai découvert ‘Les Soprano’ sur le tard et j’ai regardé les six saisons sur une période de quatre mois, il y a environ trois ans. C’est probablement la meilleure série qui existera jamais. Les interprétations [des acteurs] sont parfaites, en particulier celles de Gandolfini et Edie Falco. C’est vraiment difficile de croire qu’il n’est pas un véritable mafieux. La moindre nuance de leurs deux interprétations pourrait être analysée, étudiée et enseignée. C’est une incarnation complète des personnages, et c’est tout ce dont on peut rêver. La série est phénoménale de par son ampleur, sa portée et le jeu de ses acteurs.

Un album à écouter: Astral Weeks de Van Morrison

Je ne peux tout simplement pas m’en lasser. Pas plus tard qu’hier, j’ai entendu ‘Madame George’ et j’ai de nouveau été ému. C’est un export très important de notre pays. Je dirais que j’ai des goûts éclectiques, mais n’importe quel morceau folk et rock du milieu des années 1960 au milieu des années 1970 est ma zone de confort.

Un film à voir: Badlands

Sans ‘La balade sauvage’, il n’y aurait jamais eu ‘True Romance’. Je suis un énorme fan de Malick, en particulier lorsqu’il s’en tient à une narration plus linéaire. J’aime ‘La balade sauvage’ parce qu’il est plus direct, légèrement plus classique, en ce qui concerne sa réalisation. Et à mes yeux, en ce qui me concerne, la performance de Martin Sheen est ma préférée de tous les temps dans un film.

Une podcast à écouter: This American Life

On m’en a parlé il y a des années et j’en suis toujours époustouflé. Ca vient des conteurs qui interviennent et des gens qui y participent.

Un livre à lire: The Fountainhead de Ayn Rand

‘La Source Vive’ c’est essentiellement un roman, mais certains ont tracé beaucoup de parallèles en ce qui concerne ce qu’il représente en réalité. Il m’a fait me sentir bien plus intelligent que je ne le suis en réalité. Il m’a transporté, dès l’instant où j’ai commencé sa lecture. C’est un texte incroyable.

Une application à télécharger: Pause

Elle regroupe tous les superbes articles de Uncut, MOJO… et les propose tous dans une application, plutôt que d’avoir à acheter les magazines. Je crois qu’elle est gratuite. J’ai l’impression que chaque fois que je paye pour une application, je n’ai aucune idée de la somme que je dépense.



Page 1 sur 18212345...102030...Dernière page »